Qui parle l’arabe littéral ?

À vrai dire personne ! La langue arabe se présente sous deux formes : le dialectal qui est la langue primaire ou maternelle et le littéral utilisé en seconde langue.

Le dialectal est la conséquence de la fusion des parlers provenant des conquêtes militaires et des brassages de populations, des langues sud-arabiques, berbères, africaines, etc. C’est une langue que les quelques 270 millions de locuteurs arabophones utilisent quotidiennement et qui véhicule toute une culture populaire, traditionnelle et contemporaine. Elle est souvent perçue comme « vulgaire », c’est à dire familière. C’est une langue exclusivement parlée et dont les variétés sont quasi incompréhensibles entre les arabophones.

Dans un article tirée du Courrier International n.1037 Walid Al-Kobeissi, journaliste et romancier d’origine irakienne, résidant en Norvège témoigne :

« J’ai obtenu un emploi comme professeur d’arabe pour les enfants d’immigrés irakiens, syriens, libanais, palestiniens, tunisiens et marocains. Dès le premier cours, j’ai su que ces enfants ne parlaient pas l’arabe classique et ne se comprenaient pas entre eux. Ils parlaient leurs dialectes, et l’arabe n’était pas leur langue maternelle. Je ne peux oublier le spectacle des bouches et des yeux grands ouverts de mes jeunes élèves qui m’entendaient parler en arabe classique comme si j’étais une créature venue d’une autre planète. »

Quant à l’arabe littéral, il est diffusé dans tous les pays arabes et c’est cette langue qui est enseignée dans le monde entier. Elle est associée à la culture littéraire, l’information, la science et la technologie et aux fonctions administratives. Au regard des 270 millions de potentiels locuteurs, environ 140 millions de personnes maîtrisent l’arabe classique en tant que langue seconde. La langue maternelle (primaire) étant le dialecte.

Cependant, l’arabe classique permet aux locuteurs dialectaux d’outrepasser la barrière de leur langue maternelle et de se comprendre, d’échanger, de débattre etc. Donc il est compréhensible par tout un chacun dans le vaste monde arabe (pourvu qu’il ait suivi un cursus à l’école, étant donné que c’est l’arabe littéraire qui est enseigné dans les écoles dans les pays arabes).

Pour pousser un peu plus loin la réflexion je vous conseille la lecture des articles suivants :

L’arabe dialectal et l’étudiant en arabe littéraire

L’arabe

Parler arabe, oui, mais lequel ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *